Actualité

Visite à Anvers d’un centre de prise en charge des violences sexuelles

Le Premier ministre Alexander De Croo et la secrétaire d'État à l’Égalité des chances Sarah Schlitz ont effectué une visite de travail dans le plus grand centre de prise en charge des violences sexuelles du pays à Anvers. La Belgique compte actuellement sept centres, et trois autres devraient ouvrir leurs portes l'année prochaine.

Le centre accueille les victimes jour et nuit, que ce soit pour leur dispenser des soins (médicaux), pour effectuer un prélèvement ou pour prendre leur déposition. L’avantage majeur de ce centre est d’être pluridisciplinaire ; les victimes, femmes ou hommes, peuvent y bénéficier de tous les soins et accompagnements dont ils ont besoin en un seul endroit accueillant.

Le gouvernement fédéral est un fervent défenseur de cette approche et a décidé de doubler les investissements dans les centres de prise en charge des violences sexuelles. Leur nombre passera de trois à dix au cours de cette législature.

Depuis l’ouverture du centre d’Anvers il y a un an, deux à trois victimes se présentent chaque jour. Les six centres ont aidé 1142 victimes au cours des cinq premiers mois de cette année. Plus d'un quart d'entre elles se sont tournées vers le centre d'Anvers. Neuf victimes sur dix sont des femmes. Si elles ont 23 ans en moyenne, une victime sur trois est mineure. Dans deux cas sur trois, l'agresseur est connu de la victime.

Alexander De Croo, Premier ministre : « Les violence sexuelles sont une épidémie qui fait trop de ravages dans notre pays. Les centres de prise en charge des violences sexuelles de notre pays font un travail remarquable ; ils proposent un soutien et un accompagnement individualisés aux victimes. Ces centres font quelque peu tomber les barrières et encouragent les victimes à porter plainte, ce qui permet d'arrêter et de punir les auteurs de ces actes. L'objectif du gouvernement fédéral est de continuer à déployer cette approche dans notre pays, afin que les victimes sachent qu'elles n'ont pas à supporter ces souffrances seules. »

Pour plus d’information sur les centre de prise en charge des victimes de violences sexuelles, cliquez ici