Discours

UNGA: Déclaration du Premier ministre au Dialogue de haut niveau sur l’énergie

 

Déclaration du Premier ministre au Dialogue de haut niveau sur l’énergie.

Monsieur le Secrétaire général,  

Chers collègues, 

 

Ces dernières années, à l’instar de chacun d’entre vous, la Belgique a rempli sa part du contrat en matière de transition énergique. Laissez-moi vous présenter quelques exemples. 

 

Premièrement, nous avons fait évoluer notre capacité éolienne de 1,6 giga watts en 2019 pour qu’elle atteigne au moins 4 giga watts d’ici 2030, grâce à l’adoption d’un nouveau cadre qui permet la construction de nouvelles exploitations éoliennes en mer du Nord. Cet effort permettra à la Belgique de conserver sa place dans le top 5 mondial des producteurs d'énergie éolienne offshore. 

 

Deuxièmement, nous nous consacrons intensivement à nos politiques d’efficacité énergétique et d’électrification, car elles jouent un rôle important dans la réalisation de la transition énergétique de manière rentable. Dans les prochaines semaines, nous présenterons notre stratégie concernant l’hydrogène, qui repose sur l’ambition claire de devenir l’une des principales plaques tournantes en matière d’approvisionnement en hydrogène.  

 

À l’échelle nationale, nous comptons développer une dorsale hydrogène, tout en élargissant les réseaux d’hydrogène et en renforçant les réseaux de gaz naturel 

 

À l’échelle internationale, nous avons l’intention de conclure des partenariats stratégiques pour assurer l’importation d’hydrogène vert, créant une situation gagnant-gagnant pour toutes les parties.  

 

La Belgique est déterminée à contribuer à la réalisation de l’ODD 7 à l’horizon 2030 et à l’objectif de zéro émission nette d’ici 2050. Nos efforts pour atteindre l’ODD 7 devraient se concentrer sur l’Afrique, afin d’aider le continent à combler le fossé technologique pour permettre aux pays africains de faire un bond sur la voie des énergies renouvelables.  

 

Ces efforts doivent impérativement se déployer à une échelle internationale et, en tant que tels, faire partie intégrante d’une politique inclusive et intégrale qui fédérerait le secteur privé, les ONG, les gouvernements et les organisations internationales. À cet égard, nous avons hâte de participer à la 26e conférence des parties de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, qui se tiendra à Glasgow. 

 

Pour conclure, je tiens à vous assurer que la Belgique, dans son rôle de vice-présidente de la union ministérielle de l’AIE en 2022 – qu’elle partage avec le Danemark et l’Australie et sous la présidence des États-Unis – fera tout ce qui est en son pouvoir pour apporter sa pierre à l’édifice de la transition énergétique et de la décarbonation du monde.    

 

Je vous remercie.