Actualité

Le Premier ministre rend visite à un producteur de fraises

Aujourd'hui, le Premier ministre Alexander De Croo et la présidente du Boerenbond Sonja De Becker ont rendu visite à Raf et Marleen, producteurs de fraises. Nos fraises belges de Hoogstraten sont des produits haut de gamme dont on se délecte bien au-delà de nos frontières.

L’entrepreneuriat est florissant dans le secteur de la fraise qui s’impose comme un secteur important dans notre pays. Pas moins de 48.433 tonnes de fraises sont produites chaque année, totalisant un chiffre d'affaires annuel de 192 millions d'euros. Quelque 20 % des fraises produites sont destinées au marché d'exportation. Les principaux clients sont les Pays-Bas, la France, le Royaume-Uni, l'Allemagne, la Suède, la Finlande et le Luxembourg.

Soutien public

Comme presque tous les autres secteurs, celui de la fraise a toutefois souffert  pendant la crise du coronavirus. Grâce aux nombreuses mesures de soutien du gouvernement fédéral tout au long de la pandémie, le secteur a pu continuer à travailler, évitant ainsi le pire. L'agriculture et l'horticulture ont notamment été reconnues comme des secteurs essentiels et le nombre de jours de travail occasionnel dans ce secteur a été doublé.

Alexander De Croo, Premier ministre : « Nos fraises belges sont des produits de classe mondiale. La fraise est non seulement un régal en soi mais aussi un produit de choix pour l’exportation, grâce à la passion et à l'esprit d'entreprise des nombreux producteurs. Eux aussi ont été mis à l'épreuve pendant la crise sanitaire. Le gouvernement fédéral est donc intervenu en adoptant des mesures de soutien, par exemple en augmentant la main d’œuvre dans la culture des fruits grâce au doublement du nombre de jours de travail occasionnel. Cela devrait rendre l’été encore plus savoureux. ».

Double carte cueillette

Sonja De Becker, présidente du Boerenbond : « Nous saluons les différentes mesures prises par le gouvernement fédéral pour garantir l'emploi dans le secteur. Par exemple, la réglementation sur les contrôles aux frontières ou d'autres mesures visant à maximiser l'offre de main-d'œuvre disponible : le recours à des chômeurs temporaires et à des demandeurs d'asile pour travailler dans des entreprises agricoles et horticoles, la double carte cueillette en 2020, le quota accru de 100 jours en 2021... »