Discours

Introduction sur le durcissement du confinement

 

Le prononcé fait foi.

Notre pays se trouve dans une situation d'urgence sanitaire. La pression sur les hôpitaux est énorme. Les soignants déploient des efforts surhumains. Pour chaque vie, ils mènent une bataille. Mais c'est lourd, très lourd. Dans bon nombre d'hôpitaux, le seuil de pénibilité a déjà été dépassé. D'ici la mi-novembre, jusqu'à des dizaines de milliers de personnes atteintes de la Covid seront hospitalisées. Jusqu'à 2.800 personnes auront besoin de soins intensifs à des degrés d’intensité différents.

Ces dernières semaines, des centaines de milliers de personnes ont appris qu’elles étaient contaminées. Et nous ne voyons toujours pas d’évolution favorable. En ce moment, une seule réponse, un seul choix est possible. Et ce choix consiste à être unis tous ensemble derrière le personnel soignant. Et à empêcher que les soignants et les hôpitaux ne s’effondrent.

Pour cela, il n’y a qu’une seule solution. Mettre un terme à tous nos contacts physiques non nécessaires. Aussi brièvement possible mais aussi longtemps qu’il le faudra. Nous devons casser cette montée en flèche. Aussi rapidement et aussi radicalement que possible.

Après une consultation approfondie des scientifiques et du commissaire COVID-19, le Comité de concertation a donc décidé dans un esprit d'unité et de clarté de procéder à un confinement plus strict avec les mêmes règles applicables sur tout le territoire de notre pays.

La règle des quatre chez soi à l'intérieur, est supprimée. Cela veut dire qu'un seul contact rapproché est possible. Une famille ne peut inviter qu’un seul contact rapproché à la fois à la maison. Mais la règle des quatre reste bien valable à l’extérieur. Là il est encore possible de voir quatre personnes. Toujours à bonne distance bien sûr. Profitez-en pour sortir, pour vous promener, pour bouger suffisamment.

Vous ne pouvez plus recevoir chez vous plus d’amis ou un cercle familial élargi. Tout simplement parce que le virus a atteint une telle propagation aujourd’hui nous devons donc tout mettre en œuvre pour ne plus nous contaminer les uns les autres.

Dans les espaces intérieurs fermés, lorsque nous avons des contacts trop longs et trop rapprochés entre nous, les risques sont aujourd'hui tout simplement trop grands.

Tous les magasins non essentiels seront fermés. La collecte et la livraison à domicile restent possibles. Nous voulons également garantir des règles égales et équitables pour tous.

Je tiens à le répéter une fois encore : les magasins d'alimentation et les supermarchés restent ouverts. Il est inutile donc de faire ses provisions. Ce comportement antisocial de quelques individus n’a qu’un effet : laisser l’étal vide pour les suivants.

Les professions de contact non médicales, telles que les coiffeurs et les instituts de beauté, doivent également suspendre leurs activités.

Dans les écoles, les vacances d'automne sont prolongées jusqu'au 15 novembre.  (Les ministres-présidents détailleront cela dans quelques minutes).

En ce qui concerne le travail, le télétravail est rendu obligatoire. S’il n’est pas possible, le port du masque et la ventilation des espaces sont obligatoires.

Les entreprises peuvent continuer à travailler, mais uniquement si elles appliquent bien les règles en matière de télétravail, de port du masque et de distanciation.

Les bars et restaurants des hôtels sont fermés. Les repas peuvent uniquement être pris en chambre.

Les funérailles seront limitées à un maximum de 15 personnes. Les repas ou les réceptions après les funérailles ne sont désormais plus autorisés parce qu’ils sont l’occasion de contacts rapprochés de trop nombreuses personnes sans protection.

Les centres de vacances sont fermées à partir du 3 novembre. Jusque ce moment, toutes les activités à l’intérieur sont fermées. Les repas sont pris uniquement dans les maisons de vacances par famille.

Nous prenons donc la direction d’un confinement renforcé avec un seul objectif : éviter que nos soins de santé ne craquent sous la pression. Pour y parvenir, nous devrons fournir un effort de longue haleine.

C’est pourquoi ces règles seront d’application au minimum pour un mois et demi et qu’elles entrent en application à partir de ce dimanche minuit. Je me rends très bien compte qu’il s’agit de mesures particulièrement drastiques. Qui sont difficiles à entendre et très douloureuses. Mais elles sont le fruit d’une longue réflexion. Elles sont basées sur des faits. Des chiffres.

Il s’agit des mesures de la dernière chance. La vitesse avec laquelle la courbe s’aplatira est entre nos mains, entre vos mains.

Nous savons que ce virus représente par ailleurs un lourd coût économique. Ces mesures seront lourdes, elles aussi, sur le plan économique. Pour de très nombreuses personnes, elles signifient une nouvelle interruption temporaire de leur activité. Sachez que les différents gouvernements feront tout pour vous soutenir.


Le gouvernement fédéral a déjà pris l’engagement aujourd'hui de prolonger et de renforcer encore les mesures de soutien en vigueur. Un soutien supplémentaire sera prévu afin que nous puissions aider tout le monde à surmonter cette nouvelle période difficile. Nous ne laisserons personne sur le bord du chemin.

Comme je l'ai déjà dit : c'est un moment de solidarité. Avec toutes les personnes actives dans les soins de santé. Avec tous ces patients et ces familles qui vivent dans l'incertitude. Qui sont entre la vie et la mort. Mais aussi avec tous ceux qui traversent une période difficile sur le plan économique.

Nous surmonterons cette crise, mais uniquement si nous nous soutenons les uns les autres, si nous faisons preuve de solidarité et si nous faisons tous le nécessaire ces quatre prochaines semaines pour surmonter ce virus et cette période difficile.

Je vais maintenant brièvement céder la parole au ministre de la Santé qui complètera sur la situation dans nos hôpitaux et ensuite aux ministres-présidents en ce qui concerne les décisions.

Mais je tiens encore une fois à souligner que nous avons pris ces décisions dans un esprit d'unité. Nous allons vaincre ce virus. Nous parviendrons à surmonter cette période difficile uniquement si nous menons cette bataille ensemble.

Ensemble, nous sommes plus forts.

Prenez soin de vous et prenez soin les uns des autres.