Discours

Introduction aurègles durcies en matière de voyages et au contrôle strict du télétravail

Le prononcé fait foi.
 
Mesdames et Messieurs, nous voici face à des jours et des semaines importants. Ce soir, pour plus de deux millions d'enfants dans notre pays, commencent les vacances de Noël.

Des vacances que beaucoup attendaient depuis longtemps.

Pour la lutte que nous menons contre le virus, cela sera aussi un moment important.

Dans les jours et les semaines à venir, c’est tous ensemble, c’est notre comportement à tous, qui déterminera si les chiffres, si le nombre de contaminations, baissent à nouveau.

Ces huit dernières semaines, nous avons parcouru un bon bout de chemin ensemble. Au plus fort de la deuxième vague, nous avions plus de 22 000 contaminations par jour.

Aujourd'hui, le nombre de contaminations est près de dix fois moins élevé. C'est le résultat d'un effort collectif. Un effort que nous avons réalisé tous ensemble. Mais ce chiffre reste toujours beaucoup trop élevé. Le nombre de contaminations est aujourd'hui encore nettement supérieur à celui observé à la fin de la première vague. Nous constatons également que la diminution du nombre d’hospitalisations ralentit à nouveau. Cela pourrait être le début d’une troisième vague.

Si nous ne faisons pas attention maintenant, si nous baissons la garde, nous allons repartir dans la mauvaise direction. Et ça, vraiment, personne ne le souhaite. C’est maintenant que les chiffres doivent repartir à la baisse.

Tout dépend de la façon dont nous allons nous comporter dans les semaines qui viennent. Les règles sont claires. Elles sont dures aussi, parmi les plus dures d’Europe. Il s’agit maintenant de respecter ces règles. Tout l’enjeu est là. Dans nos comportements, dans la limitation de nos contacts, dans le respect des règles.

Parce que malheureusement pour nous, le virus, lui, ne prend pas de vacances. La grande majorité des Belges l'ont également compris. Plus de quatre Belges sur cinq respectent les règles, disent les suivre. Il s'agit maintenant de persévérer, de tenir bon ensemble. Et de ne pas donner au virus l’occasion de se propager à nouveau dans les prochaines semaines.

Le Comité de concertation a estimé que l’heure n’était pas encore aux assouplissements. Nous avons d’ailleurs décidé de procéder à un durcissement et à un renforcement de certaines mesures. Les règles en matière de télétravail et de voyages se voient renforcées. Nous voulons en effet éviter que le virus se transmette de la sphère familiale au lieu de travail. Et nous ne voulons pas importer le virus. 

Je vais maintenant parcourir avec vous quelques-unes des mesures que nous avons prises.

  • Le contrôle du télétravail sera renforcé. Nous constatons en effet que le respect de l’obligation de télétravailler s’essouffle quelque peu. Et cela ne va pas sans risque. Parce que c’est comme ça que le virus passe du lieu de travail à la cellule familiale, et inversement. Les entreprises qui ne respectent pas les règles lors d’un contrôle risquent des amendes sévères.
  • Nous appliquerons aussi des règles plus strictes en matière de mobilité transfrontalière. Les voyages sont vivement déconseillés. N’allez pas à l’étranger maintenant si ce n’est pas indispensable. Dans la plupart des pays, la situation est pire que chez nous. Ils appliquent des règles plus strictes et le virus circule encore plus.
  • Les personnes qui décident malgré tout de se rendre à l’étranger et y restent plus de 48 heures seront dorénavant considérées comme des contacts à haut risque. Pour les voyages privés, cela signifie que ces personnes devront respecter une quarantaine obligatoire de sept jours, qui se clôturera en présentant un test négatif, à moins que l’auto-évaluation ne conclue à l’absence de contact à haut risque.
  • Les voyageurs qui ne sont pas ressortissants de notre pays et proviennent d’une zone rouge se rendant en Belgique devront dorénavant eux aussi présenter un test négatif.
  • Nous renforcerons par ailleurs les contrôles du Passenger Location Form aux frontières et aux aéroports. La police s’attellera à vérifier le respect de la quarantaine.

Nous arrivons à un point où nous devons à nouveau pousser les chiffres vers le bas. Pour y parvenir, nous devons nous serrer les coudes et à nouveau tous faire un effort. Nous l’avons déjà fait. Nous pouvons à nouveau le faire. En respectant des règles qui ont prouvé leur efficacité.

Je vous demande donc de continuer à limiter vos contacts. C’est vraiment la base de tout. Vous connaissez maintenant bien les règles: un seul contact rapproché par famille, la règle des quatre personnes à l’extérieur, et le soir de Noël, les personnes qui vivent seules peuvent, outre leur contact rapproché, inviter une personne supplémentaire.

Je sais que c’est difficile. Nous en avons tous assez. Mais il est important de rester prudents. Nous constatons que plus de la moitié des infections se passe dans le cercle familial, dans la sphère privée.

Si nous poursuivons maintenant nos efforts, nous pourrons bientôt entrevoir la lumière au bout du tunnel. D’autant que nous allons commencer à vacciner et probablement déjà cette année. À toutes les personnes qui se demandent encore comment elles vont célébrer Noël. Juste avec leur foyer, ou quand même, avec ces quelques personnes en plus, comme les autres années ?

Ce soir, je vous le demande: optez pour la première proposition. En limitant votre fête de Noël, vous limiterez la propagation du virus. Pour une fois, juste pour une année, acceptez que Noël soit différent, en plus petit comité, avec moins de personnes, dans une plus grande retenue.

Avant de terminer, j’aimerais encore adresser deux messages. Le premier à l’ensemble du personnel de la santé. Aux médecins, aux infirmiers, aux personnes en formation, mais aussi au personnel d’appui. Nous avons vécu une année très difficile. Beaucoup d’entre vous sont épuisés. Et la période de Noël est pour vous systématiquement compliquée: vous ne pouvez souvent pas fêter Noël en famille, sachez que nous pensons à vous et que nous vous sommes reconnaissants pour tous vos efforts.

Mon deuxième message s’adresse aux personnes actives dans l’horeca, les métiers de contact, le secteur culturel et événementiel. À toutes ces personnes à qui nous ne pouvons pas encore apporter de bonnes nouvelles aujourd’hui. Nous ne vous oublions pas, nous continuons à vous soutenir, nous restons solidaires. Les mesures de soutien restent d’application, nous ne vous laisserons pas tomber.

J’aimerais conclure par un message d’espoir. Je l’ai déjà dit: si tout va bien, nous commencerons cette année encore à protéger les premières personnes grâce à un vaccin. Ces quelques jours ne feront peut-être pas une grande différence. Mais il est bel et bien important que nous puissions commencer cette année encore. Nous pourrons ainsi clôturer une année très difficile, particulièrement catastrophique, sur une note d’espoir. Ces derniers mois et ces dernières semaines, nous nous sommes tous posé des questions. Est-ce que nous verrons un jour le bout du tunnel ? Est-ce qu’on en finira un jour ?

Une chose est sûre. Il faudra encore attendre de très nombreux mois, jusqu’à après l’été, pour que tout le monde soit vacciné. 2021 ne sera pas non plus comme avant. Ce sera une année de transition. Mais il y a des perspectives. Il y a une éclaircie. Il y a de l’espoir. Si nous poursuivons nos efforts. Si nous suivons les règles. La situation s’améliorera. Soutenez-vous les uns les autres dans les prochains jours, prenez bien soin de vous et des autres et surtout : encouragez-vous les uns les autres à persévérer.