Actualité

Il faut apaiser les tensions avec la Russie

À l’entame du sommet du Partenariat oriental à Bruxelles, le Premier ministre De Croo a plaidé pour une désescalade avec la Russie. En même temps, les choses doivent être claires : toute violation de l'intégrité territoriale de l'Ukraine aura de lourdes conséquences et coûtera cher à la Russie.

Lors du sommet du Partenariat oriental, les 27 chefs d'État et de gouvernement européens se concerteront avec leurs homologues d'Arménie, d'Azerbaïdjan, de Géorgie, de la République de Moldavie et d'Ukraine. Le Belarus a suspendu sa participation au Partenariat oriental, mais l'UE continue de coopérer avec la population de ce pays.

Alexander De Croo : « Ce sommet intervient à un moment difficile. Actuellement, les relations avec la Russie sont trop houleuses et incertaines. Si les choses vont mal chez nos voisins, c'est aussi un problème pour nous. La situation a également un impact direct dans notre pays et en Europe, par exemple sur la pression migratoire et les prix de l'énergie. Il faut apaiser les tensions et faire revenir la stabilité. Un conflit ouvert ne profiterait à personne ».

De lourdes conséquences

Mais il faut aussi être clair : l'intégrité territoriale de l'Ukraine doit être respectée. Le Premier ministre l'a souligné lors d'un entretien avec le président ukrainien Zelensky. Ils ont évoqué la situation actuelle en matière de sécurité en Ukraine et le Premier ministre belge a exprimé son soutien explicite à l'intégrité territoriale de l'Ukraine. En cas de violation par la Russie, les conséquences seront lourdes et les coûts énormes.

Le Premier ministre belge a également félicité le président ukrainien pour sa retenue dans le conflit avec la Russie et le fait qu'il donne toutes les chances au dialogue avec la Russie. Il a également demandé à l'Ukraine de rester engagée dans la lutte contre la corruption et dans le renforcement de l'État de droit.

Liberté et démocratie

Juste avant le sommet, le Premier ministre s'est également entretenu avec la cheffe de file de l'opposition biélorusse, Svetlana Tichanovskaïa. La Belgique et l'Europe sont solidaires du peuple biélorusse, qui se bat pour défendre la liberté et la démocratie.