Actualité

Entretien avec la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen

Le Premier ministre Alexander De Croo a rencontré aujourd'hui et pour la première fois la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen. Ce fut l’occasion de présenter le nouvel accord de gouvernement fédéral et de discuter des dossiers européens les plus importants pour la Belgique avec la présidente de la Commission. 

Alexander De Croo, le Premier ministre déclare : « Ursula von der Leyen s'est montrée enthousiaste quant à l'orientation pro-européenne de notre accord de gouvernement. Nous aurons grandement besoin de cette unité européenne dans les mois et années difficiles qui nous attendent. Pour faire face à la crise économique, j'ai participé plus tôt dans l’année  lorsque j’étais ministre des Finances à la mise en place d'un fonds européen de relance. Ce fonds est maintenant devenu réalité et nous avons discuté des prochaines étapes. J’ai été heureux de constater que les deux axes principaux  - la durabilité et la numérisation - sont également deux axes centraux de notre accord de gouvernement. 

Le Premier ministre Alexander De Croo et la présidente de la Commission Ursula von der Leyen ont également discuté du rôle que la Commission européenne peut jouer dans la crise sanitaire actuelle :

« Nous avons également parlé d'une stratégie commune en matière de vaccination : les négociations avec le secteur pharmaceutique et la répartition des vaccins. Les plans de la Commission en matière de santé au sens plus large ont également été discutés, comme la création d'une autorité européenne pour la recherche et le développement biomédical avancé (Biomedical Advanced Research and Development Authority, BARDA), comme annoncé par la présidente dans son État de l'Union. »

Outre la COVID, le Brexit figurait également à l'ordre du jour.

Le Premier ministre Alexander De Croo affirme : « Le temps presse. Nous approchons le 31 décembre. Notre pays a réitéré son soutien explicite au négociateur Michel Barnier. Nous poursuivons nos efforts en vue de parvenir à un accord large et équitable avec le Royaume-Uni. Cela implique des conditions de concurrence commerciales équitables - y compris les minima sociaux et les règles en matière d'aides publique -, les garanties nécessaires dans le domaine de la pêche et un accord de grande envergure sur la sécurité. La Belgique entend garder un lien étroit avec le Royaume-Uni reposant sur l'accord de retrait, qui reflète les accords du Vendredi Saint ».

Un dernier point qui a également été soulevé lors de la concertation avec le Benelux plus tôt dans la journée, à savoir l'initiative de la Commission sur l'État de droit :

« La Belgique salue aussi l’instauration des rapports sur l'État de droit. Ils faisaient l’objet de discussions depuis longtemps et la Commission de von der Leyen les a désormais concrétisés. Nous plaidons aussi en faveur de la meilleure harmonisation possible entre les valeurs européennes et le financement. Pourquoi un pays aurait-il droit aux finances européennes s'il transgresse délibérément les valeurs européennes ? », conclut M. De Croo.