Discours

Déclaration du Premier ministre avec Emmanuel Macron, Le Président de la République

L’Europe fait face à d’énormes défis. La crise sanitaire que nous traversons actuellement est aussi une crise économique. À côté de cela, nous devons gérer la crise climatique, affronter la menace terroriste et contrôler les vagues migratoires.

Les générations futures porteront un regard critique sur nous et se demanderont comment nous avons géré ces différentes crises. La seule réponse qui vaille est : « ensemble, en Européens solidaires ».

C’est pour cette raison que la Belgique soutient pleinement le projet de résilience stratégique pour l’Europe. Pour que notre continent dispose à l’avenir de capacités critiques en matière d’énergie, de défense et de secteurs économiques vitaux. Il n’est pas question d’entrer en concurrence avec nos alliés. L’objectif est justement de faire de l’Europe un meilleur allié. En particulier pour nos amis américains.

Le président et moi n’avons pas manqué d’évoquer des dossiers concrets qui sont d’une importance stratégique à nos yeux :

  1. COVID-19

La Covid, évidemment. Un dossier pour lequel la coopération européenne a été à l’origine de solutions concrètes ces derniers mois. Souviens-toi, Emmanuel, du moment où la crise a éclaté au début de l’année et du départ hésitant, tâtonnant au niveau européen. Et regarde où nous en sommes aujourd’hui : le marché intérieur continue à tourner grâce à la mise en place des « green lanes » ; un programme de vaccination européen, le meilleur du monde, a été élaboré grâce à des accords avec les six principaux producteurs de vaccins ; et nous organisons tous les mois des vidéoconférences qui nous permettent d’échanger des informations et nos points de vue.

Dans le même ordre d’idées, les accords européens et une coopération européenne accrue au sujet des vacances d’hiver ont toute leur importance. Je remercie la France pour sa position au sujet des infrastructures de ski (remontées mécaniques) lors des vacances de Noël. Nous devons vraiment éviter que les vacances d’hiver deviennent le moteur d’une nouvelle propagation du virus.

Nous sommes tous touchés par la Covid. L’Europe entière est touchée. Seule une coopération européenne encore plus intense nous permettra de surmonter cette épreuve.

 

  1. Brexit

Passons ensuite au Brexit. Tant la France que la Belgique souhaitent un accord avec nos amis britanniques, mais pas à tout prix. L’intégrité du marché unique est non négociable. Un bon accord implique donc règles de concurrence économique équitable entre l’Union européenne et le Royaume-Uni. La pêche aussi mérite un accord équitable et équilibré. Rappelons-le, l’Union européenne est et reste le plus grand débouché des exportations britanniques.

 

  1. Climat

Nous sommes tous deux partisans d’une approche climatique ambitieuse. Pour nous, pour moi, l’un des piliers de la croissance économique du futur consiste à rendre notre économie plus durable.

Le plan de relance européen, qui doit absolument voir le jour au plus vite, nous aidera sur la voie d’une économie plus durable et plus numérique. Il s’agit là aussi de deux des piliers du nouvel accord de gouvernement belge : renouveler notre économie en misant sur la numérisation et la durabilité.

Lors du sommet européen de la semaine prochaine, nous parlerons des ambitions climatiques européennes. Comme je l’ai dit : il s’agit à mon sens d’un dossier économiquement important. Parce que c’est l’innovation, la technologie européenne qui nous permettront de concrétiser ces ambitions. Les emplois de demain seront créés dans le secteur climatique.

 

 

 

 

Herbekijk hier de volledige persconferentie: