Actualité

Concertation avec la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI) Kristalina Georgieva

Le Premier ministre De Croo a eu une concertation aujourd'hui avec la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI) Kristalina Giorgieva. Ils ont évoqué entre autres la lutte contre la crise énergétique et la situation socio-économique.

Lors de la concertation, il a notamment été question du rôle de premier plan joué par la Belgique dans le domaine de l'hydrogène et des travaux menés pour prolonger la durée de vie des centrales nucléaires les plus récentes.

La politique de crise du gouvernement a également été abordée. Le FMI insiste à cet égard sur le caractère temporaire et ciblé des mesures.

Alexander De Croo : « Le FMI souligne l'importance d’une action ciblée. C'est exactement ce que fait notre pays. Avec l’élargissement du tarif social, la baisse de la TVA sur l'énergie, l'offre d’un forfait de base « énergie » et une réduction ciblée des charges pour les entrepreneurs et les indépendants, le gouvernement donne une bouffée d’oxygène bien nécessaire aux entreprises et aux familles. Ce soutien est évidemment temporaire, pour la durée de la crise. L’ampleur du forfait de base « énergie » est, par exemple, liée à l'évolution des prix de l'énergie. »

La situation socio-économique a aussi été au menu des discussions, notamment l’indexation des salaires et la norme salariale. « En période de crise, l’indexation des salaires et la norme salariale sont des instruments importants. Ils offrent une combinaison unique et équilibrée qui permet de protéger le pouvoir d'achat tout en sauvegardant notre compétitivité », a expliqué le Premier ministre.

Le Premier ministre a également évoqué le récent conclave budgétaire. « Le FMI a montré qu'il comprenait qu'en cette période de crise, les pouvoirs publics devaient intervenir. Mais mon principal signal au FMI était que ce gouvernement attache une grande importance à la stabilité fiscale et à un budget qui renoue au plus vite avec les normes de Maastricht. Nous nous concentrons surtout sur le solde structurel qui reflète fidèlement l'effort budgétaire réel à fournir. Cela nous permet non seulement de mener une politique de crise aujourd'hui, mais aussi de remettre de l’ordre budgétaire, lorsque l'économie ira mieux. »