Discours

Déclaration belge 31e Session extraordinaire de l’Assemblée générale consacrée à la pandémie de maladie à coronavirus

Excellences,

Mesdames et Messieurs,

 

Nous vivons une période troublée et éprouvante.

La pandémie de COVID a révélé nos vulnérabilités fondamentales.

Notre vulnérabilité en tant qu'individus.

Nous sommes soudainement limités dans nos contacts avec nos amis et notre famille.

Mais aussi notre vulnérabilité en tant que communauté mondiale.

Le plus grand danger aujourd'hui serait de laisser cette pandémie nous diviser.

De laisser cette crise sanitaire se muer en un problème géopolitique ; 

Une lutte entre les nations, une course à l’abîme.

Alors que la seule chose qui nous sauvera (qui nous sortira de ce bourbier) est la coopération internationale. 

Il y aura la lumière au bout du tunnel si nous travaillons ensemble.

 

Car malgré toutes les crises des dernières décennies,

Malgré la montée du nationalisme,  

force est de constater que le multilatéralisme a tenu bon.

C'est grâce à des organisations telles que les Nations unies, l'OMS, mais aussi l'Union européenne. 

C'est grâce à elles que de réels progrès sont réalisés et que de véritables solutions sont créées.  

Par exemple, en mettant en place une stratégie commune en matière de vaccins.

C'est grâce à des investissements conjoints et à des programmes d'achat communs que nous aurons bientôt accès à différents vaccins. Des vaccins sûrs et efficaces.

Ce n'est pas le fait d'un seul pays, d'un seul homme, d'un seul gouvernement ou d'une seule entreprise. C'est l'œuvre de la coopération internationale. Le fruit d’efforts communs, qui transcendent les frontières et les marchés nationaux.

C'est pourquoi la Belgique souhaite que tous les pays aient un accès libre et équitable à ces vaccins.

 

Cette pandémie est plus qu'une crise sanitaire.

La COVID a également un impact socio-économique énorme. 

Elle exacerbe les problèmes existants tels que les inégalités de revenus. 

Et elle touche aux droits fondamentaux, surtout pour ceux qui étaient déjà en difficultés avant la crise.

Dans ce domaine également, une action internationale conjointe est nécessaire.

Utilisons donc la crise de la COVID pour forger une nouvelle économie.

Pas seulement une économie plus durable et plus numérique que l'ancienne.

Mais une économie plus juste. 

Plus inclusive. 

Une société qui donne aux filles et aux femmes un meilleur accès aux soins de santé, au marché du travail, aux crédits d'investissement, à l’entrepreneuriat.

Car lorsque les gens deviennent indépendants économiquement, ils deviennent aussi des citoyens plus forts, des voix plus audibles dans le débat politique.

Alors ne nous contentons pas de vaincre cette pandémie ensemble, mais utilisons-la pour renforcer nos démocraties et créer un espace citoyen plus inclusif. 

Un espace citoyen dans lequel il y a de la place pour chacune et chacun, quels que soient sa couleur de peau, son sexe, son orientation sexuelle ou sa religion.

 

Excellences,

Cette session spéciale nous offre l'occasion de prendre un nouveau départ.

Malgré un optimisme prudent concernant les vaccins, les défis mondiaux restent immenses.

Mais nous devons nous rappeler une chose : nous sommes tous dans le même bateau.

Et ensemble, nous pouvons et nous allons surmonter chaque défi sur notre chemin.

La Belgique est prête à faire sa part.

Je vous remercie.